Sauter dans le Vide pour Entreprendre. - ByeBye Salariat !

Être entrepreneur, c'est sauter dans le vide du haut d'une falaise et se construire un avion pendant la descente.

Reid Hoffman, co-fondateur de LinkedIn.

‹‹ Mes Premières Semaines dans l'Entrepreneuriat ››

Par Steven | Le bon état d'esprit

Il aura fallu 11 mois...

Entre l'annonce de ma future démission à ma hiérarchie et mon dernier jour de salariat, il aura fallu 11 longs mois. D'autant plus longs que, tous les jours, les raisons exactes de ma décision se rappelaient cordialement à moi. Pour autant, il n'était pas question de raccourcir ce délai. Il y avait le plan, celui dont j'avais tracé les grandes lignes et auquel nous devions nous tenir avant de sauter dans le vide. Je n'allais donc pas me plaindre... j'étais à l'origine de ce plaisir qui durait.

Suivre le plan

Suivre le plan, sans raccourci.

En réalité, le plan était plutôt simple et se composait d'un élément majeur. Mettre en application la toute première formation qu'on avait suivie pour acheter de l'immobilier pendant que mon CDI le facilitait. Mais pas de l'immobilier pour le plaisir d'être propriétaire, ni pour investir coûte que coûte pendant que c'était possible. Et encore moins pour faire de la défisc. !

Non, de l'immobilier rentable qui nous rapporterait soit un revenu locatif tous les mois, soit un gros chèque à la revente. Et c'est le marché qui a plus ou moins imposé le choix, ce sera donc le gros chèque ! Un prochain article y sera consacré. C'est cet investissement immobilier qui, de par la lenteur des procédures (banques, notaires, etc), explique les 11 mois qui se sont écoulés avant de vraiment se lancer.

Pour autant, il n'était pas question d'attendre gentiment que le temps passe en s'occupant de notre investissement immobilier ! Il fallait utiliser ce temps pour solidifier le projet sur tous les plans possibles.

Utiliser le temps au mieux.

Quand j'ai pris la décision radicale de démissionner pour me lancer dans l'entrepreneuriat, tout a changé. Toutes mes histoires de ‹‹ changer de vie ›› n'étaient plus juste un projet. C'était le futur, notre réalité dans quelques mois ! C'est encore plus vrai qu'Anaïs s'en allait aussi sur la même voix...

Le temps imposé par le projet immobilier n'était donc pas seulement une plaie. C'était aussi et surtout l'opportunité à saisir pour continuer à me former et affiner les lignes des projets dans lesquels j'allais me lancer. Et puis d'un point de vue purement pragmatique, c'était aussi l'occasion de mettre plus d'argent de côté avant de sauter dans le vide. Autrement dit, de nous laisser plus de temps sans salaire pour faire décoller nos futurs business.

Le saut dans le vide

Le moment de Sauter dans le Vide.

Arriver au bord de la falaise.

Le projet immobilier est arrivé à son terme presque 8 mois après l'annonce de ma future démission. Entre temps, j'ai conçu (et modifié 1000 fois) les plans de l'appartement que l'on rénovait du sol au plafond, mis la moitié de mon salaire de côté chaque mois, affiné mes futurs projets sur le papier et pour finir, posé la cuisine dans notre appartement une fois le gros des travaux réalisé !

Ah oui, j'oubliais ! On a aussi découvert les joies de vivre dans un appart hôtel de 20m2 pendant 3 mois, de communiquer clairement avec un artisan, d'emménager dans notre appartement alors que la douche n'était pas encore prête ou encore de passer de longues heures à poser du parquet. Que du bonheur !

Il va sans dire que je n'ai absolument aucun regret (et vous lui demanderez confirmation, mais je ne pense pas qu'Anaïs en ait) et ce qu'on a accompli en moins d'un an est énorme comparé aux années précédentes. La machine a mis du temps à se mettre en marche, mais maintenant que les objectifs sont clairs, elle est lancée !

D'ailleurs, petite aparté. Il y a bien sûr eu des moments difficiles personnellement et pour notre couple. Mais une chose a fait toute la différence : savoir ‹‹ pour quoi ›› ! On trouve toujours la force nécessaire pour surpasser les épreuves lorsqu'on sait pour quoi on fait les choses et ce qu'on veut atteindre comme résultats concrets. Pour cela, il faut se projeter dans ce futur qu'on est en train de créer dès qu'un doute se fait sentir. Il n'y a pas d'alternatives, il faut être patient et régler les problèmes un à un pour construire notre ‹‹ vie rêvée ››. Il serait totalement fou d'attendre de l'amélioration sans difficultés et sans changements... !

Quand on s'apprête à sauter.

Finalement, fin septembre, est arrivé le moment de sauter dans le vide. Ce fameux ‹‹ dernier jour au boulot ›› qui fait briller les yeux de ceux qui, comme moi, n'y trouvaient pas leur compte. Et qu'importe ce que les autres pouvaient penser, c'était le premier coup de crayon de ma vie future. Et ça, c'était la seule chose qui avait de l'importance à mes yeux.

Enfin, j'allais pouvoir me jeter dans mes projets, retrouver la motivation de travailler, tutoyer l'efficacité et ne plus avoir à subir les non-sens de ma hiérarchie. Comme pendant les quelques secondes avant de sauter dans le vide, la peur était présente mais l'excitation l'écrasait totalement.

Maintenant c'était clair, si quelque chose n'allait pas, j'étais le seul responsable, le seul à blâmer. Mais surtout j'étais le seul au commande, maître de mon destin !

Premiers instants de chute libre.

Les premiers jours de liberté m'ont fait l'effet des premières secondes d'une chute libre, je n'avais quasiment aucun contrôle. Tout allait très vite et cette vitesse m'étourdissait. Pourtant j'étais préparé, je savais où aller et quoi y faire. Mais la nouveauté de la situation a pris le dessus, le flot d'informations inédites a complètement surcharger ma capacité de lucidité.

Bien que surprenant, ce n'était pas désagréable pour autant. Je savais que ça allait se calmer avec les jours qui passaient. En réalité, j'avais connu une sensation très semblable : celle d'arriver à un nouveau poste sur lequel je n'avais aucune connaissance du sujet. Les premières semaines sont passées à avaler de la bibliographie pour engranger un maximum d'informations, sans en comprendre les subtilités. Et puis lentement mais sûrement, le cerveau fait son travail en arrière plan. Et les choses finissent par s'éclaircir. Ensuite vient le moment de s'épanouir dans ce nouvel univers, d'y créer de nouvelles ramifications.

Une citation qui résume tout.

Je dois vous avouer que je n'ai jamais fait de chute libre (en dehors du plongeoir de 5m...) ! Mais cette comparaison entre entreprendre (donc, quitter le salariat) et sauter dans le vide m'a paru extrêmement pertinente rien qu'en termes de sensations. Et c'est pour ça que je ai mis cette citation en tête de l'article (elle est rapportée par Sir Richard Branson dans cet article). Même si évidemment, la partie intéressante de la citation est la nécessité de construire l'avion pendant la descente ! Mais ça, c'est la partie excitante et j'y travaille bien entendu d'arrache-pied.

Cette citation est d'autant plus pertinente que je m'y prendrai exactement de la même manière le jour où je signerai pour aller faire mon premier (et sûrement dernier) saut en parachute ! Je signerai quelques mois à l'avance de telle sorte que mon engagement soit pris. Et que je ne puisse pas revenir dessus. Il faut savoir s'imposer des décisions pour avancer !

Premier bilan après 2 mois

Premier bilan après 2 mois.

Vitesse de croisière.

Quelques semaines ont passé, quatre pour être précis, avant que je sente ma lucidité revenir à son niveau normal. Même si j'étais loin de l'efficacité que je recherche pendant ces quatre semaines, j'étais déjà cent fois plus productif que pendant mes dernières années de salariat. Aussi, j'ai pu faire avancer mon projet principal suffisamment bien pour lancer le site dans la foulée !

Aujourd'hui, cela fait huit semaines que j'ai osé sauter dans le vide et je ne suis plus très loin d'atteindre ma vitesse de croisière en chute libre. Tout va plus vite, les routines se sont mises en place, mon efficacité s'améliore tous les jours et les projets avancent en parallèle à de bons rythmes. Autant dire que ça ressemble de plus en plus à la vie que je m'étais imaginée pendant ces 11 longs mois.

S'habituer et prendre du plaisir !

Au final, et comme toujours dans la vie, on s'habitue aux nouvelles situations. Même à celles qui paraissent insurmontables, dangereuses ou complètement folles. L'homme s'adapte à merveille ! Et mieux, il sait y prendre du plaisir. J'y prends du plaisir. Quoi de plus exaltant que de regarder derrière soi et de voir tous ces accomplissements, en si peu de temps !

Contrairement à ce que j'ai souvent entendu en expliquant mon projet, il n'y a pas besoin de courage pour prendre une telle décision. Non. Ça ne demande que de savoir le ‹‹ pour quoi ›› de ce choix. Quelle vie voulez-vous vivre ?

Vous voudriez changer votre vie, mais vous pensez que ce n'est pas possible maintenant ? Dites moi dans les commentaires ce qui vous retient concrètement de faire ces changements.

A votre liberté,
Steven

Suivre

A propos de l'auteur...

Après de looooongues études et une entrée dans le monde du travail faite de désillusions, j'ai découvert que des alternatives au salariat existaient sans avoir à sauter dans le vide ! C'est ce que je partage ici.

  • Laurent dit :

    Merci pour ce témoignage. Je citerai Antoine, dans une interview accordée à Challenges : “se fixer une date de départ, et s’y tenir. Sinon, on a tendance à repousser indéfiniment le départ”.
    Ce conseil est essentiel de mon point de vue.
    lien :
    https://www.challenges.fr/emploi/antoine-mes-conseils-pour-larguer-les-amarres-et-changer-de-vie_137302

    • Steven dit :

      Bonjour Laurent !

      Merci pour votre commentaire, cette une bien belle citation, et tellement vraie ! Je connais tellement d’amis qui repoussent ce genre de décisions et qui s’endorment dans une vie qui ne les satisfait pas. Donc, je vous rejoins totalement, c’est essentiel.

      Au plaisir d’échanger,

      Steven

  • >