Comment reprendre le contrôle après une période de laisser aller ?

Comment reprendre le contrôle après une période de laisser-aller ?

Par Anais | Le bon état d'esprit

C'est un sujet qui me tient particulièrement à coeur en ce moment : reprendre le contrôle quand on a complètement décroché de ses objectifs.

Ça arrive à tout le monde de se laisser aller, non ? Physiquement, moralement… Ça arrive de perdre un peu le fils de ses projets et de ses objectifs aussi ?

Et puis, il y a ce petit sentiment de culpabilité, parfois. Mhhh, je devrais me ressaisir ! Tout le monde me le dit : il faut s’accrocher. Sauf que là, j’ai juste envie de vacances, de farniente… 

Le signal d’alarme, c’est quand on commence à se sentir vraiment mal, un peu déséquilibré, trop désengagé. Quand la culpabilité se transforme en mauvaise humeur, contre les autres et surtout contre soi.

Mais bouge-toi les fesses, nom d’une pipe ! Ce n’est pas en lézardant que tu vas réussir quoi que ce soit ! On n’a rien sans rien !

Culpabilité

Alors ? Vous vous reconnaissez là ? Moi, oui ! Et je déteste ses périodes, vraiment. Je suis généralement ronchon, je râle, mais je n’agis pas. Je n’avance pas, je perds confiance, et ça tourne, ça tourne en rond.

Disons que c’est normal, qu’il faut accepter quelques périodes de laisser-aller. Mais il faut en apprendre quelque chose aussi. Et se ressaisir.

Comment en arrive-t-on là et comment reprendre le contrôle ? C’est le sujet de cet article.

Je vais vous donner les signes précurseurs de ce laisser-aller… et vous donner quelques pistes pour vous remettre en scelle. Quels que soient vos projets, vous en aurez besoin. Retrouver le tempo, la confiance en soi, la niaque, l’envie de soulever des montagnes, la motivation.

Là, on se sent bien, en pleine maitrise de sa vie ! Yééé !

Avalanche d'excuses

Ça commence souvent par une accumulation d’excuses. Personnellement, ça a dû commencer en novembre (oui, on est en mars quand même !).

Première excuse : initier le laisser-aller

C’est le début de l’hiver. Il fait froid alors négligence autorisée : gros pull, pantalon confortable… Autant vous dire que quand on s’habille comme un sac à patates… on commence à penser comme une patate. C’est-à-dire à pas grand-chose. Début du laisser-aller.

Seconde excuse qui découle de la première : la spirale

Je suis plus fatiguée… Je dois être atteinte de la déprime hivernale. Alors, pourquoi forcer ? Mh ? Ça ne presse pas… autant y aller en douceur. Repousser un peu le réveil, s’autoriser tous les écarts alimentaires nécessaires à refaire des stocks de gras, on sait jamais s’il y avait une pénurie et une vague glacière…

Oh allez, j’exagère à peine, je suis sure que vous pensez comme ça vous aussi parfois !

Ma troisième excuse plus personnelle : de plus en plus nulle

C’était l’écriture de mon quatrième roman. Elle est juste géniale : je suis une artiste ! Alors là, c’est la liberté totale. Attendez, je dois respecter mon inspiration, ne surtout pas la contrarier.

Alors lentement, j’ai commencé à décoller tout mon planning de travail… mes journées entières. Me réveiller un peu plus tard, puis me mettre tout de suite derrière l’écran en pyjama jusqu’à 11h, esquiver le sport sous prétexte d’idée géniale, me lever en pleine nuit pour écrire (pourquoi pas manger pour avoir assez d’énergie aussi ?).

Avoir des excuses

Vous voyez le topo ?

Vous avez bien des évènements dans votre quotidien et votre vie qui viennent perturber vos habitudes. Il y a encore quelques jours, vous étiez peut-être maitre de votre routine, avec une gestion (presque) millimétrée : aller au boulot, aller chercher les enfants… gérer les courses, les projets… Bon, ce n'était peut-être pas parfait, mais ça roulait !

Eh là, il y a un caillou dans l’engrenage et un début d’excuse : une mauvaise nouvelle au boulot, un enfant malade, une dispute avec un ami… Moh ! Perte de vitesse immédiate, motivation en berne.

Parfois, on se ressaisit et parfois ça tourne au fiasco, pourvu qu’il y ait l’avalanche d’excuses qui vous est propre.

Tiens, aujourd’hui je vais faire autrement parce que j’ai plus le moral, j’ai un gros dossier, je suis plus fatigué.

La machine se grippe. Plus vous sortez de votre routine, plus les choses s’enveniment. Votre conjoint vous fait des réflexions désagréables sur votre comportement, vous vous culpabilisez… ahh ! Vous avez compris !

Recommandation après cet article : "Comment ma vie a changé quand j'ai arrêté d'être paresseuse ?" 😉

Mais c’est quoi la solution à ce laisser-aller alors ?! LA DISCIPLINE !

Reprendre le contrôle : aïe aïe aïe

What ?? Oui oui, j’ai bien dit, discipline. Définition : règles de conduite que l’on s’impose.

Bilan catastrophique après 4 mois d'hiver et d'écriture

Après avoir fini le manuscrit de mon quatrième roman, voilà où j'en étais : 

  • Confiance personnelle : -20
  • Culpabilité : + 4000
  • Motivation : – 8000
  • Nombre d’objectifs : 0 pointé

Grosse révélation au milieu de l'effort

En fait, j’ai eu une révélation grâce au sport. Pour évacuer le trop-plein d’émotions dû à l’écriture, je me suis mise à faire beaucoup de sport à la fin de mon manuscrit. 

J’ai commencé à courir comme une démente pendant 30 min, à m’en arracher les poumons. Oui oui, moi qui trainais jusqu’à pas d’heure en pyjama, grognais toute la sainte journée, et me détestais d’être comme ça...

Etonnamment, au moment de courir, malgré mon corps en souffrance, je faisais preuve d'une détermination à toute épreuve. Une détermination que je n'avais pas eu depuis de semaines !

Et là, j’ai compris : pour remettre le pied à l’étrier, il fallait que je reprenne une routine saine… Et pour ça, je devais faire preuve de DISCIPLINE.

Sortie de la léthargie : et après ?

C’est facile de vouloir, mais de s’y tenir, c’est une autre affaire !

Autant vous dire que les deux premiers jours, c’est marrant, puis on a vite envie de céder à la facilité. Revenir en mode "je ne choisis rien, je reste passif". Et vos projets ? Ils vont avancer comment ? Votre confiance personnelle ?

Allez, hop, on se reprend !

J’ai donc réfléchi. Ça ne s’est pas fait du jour au lendemain. En fait, c’est le stade "éveil". Le moment où on se rend compte que la situation ne peut plus durer et qu’il va falloir faire quelque chose, mais quoi ? Et comment ?

Alors, comment j’allais reprendre le contrôle, et pendant plus de deux jours ? Tout passe par la discipline. 😉

Reprendre le contrôle : personnel

Je ne sais pas si vous vous renseignez un peu sur la vie des gens qui réussissent tout ce qu'ils entreprennent ?

Quand j’écoute des interviews sur ces personnes, elles ont toute une chose en commun : une routine matinale. Chaque matin, ces personnes ont une liste précise de choses à faire à laquelle elles ne dérogent jamais ! 

Par exemple : se lever à 5h du matin, faire 10 pompes, déjeuner un yaourt et aller bosser. Et ça, qu'elles se soient couchées à 4h du matin ou qu'elles aient envie de manger un mammouth. C’est comme ça pas autrement.

Ma routine matinale

Alors c’est ce que j’ai fait. Restaurer une routine matinale. Fini les grasses mat' improvisées, le pyjama, les survêtements toute la journée.

Il me fallait une routine me permettant de retrouver confiance en moi, de me sentir bien. Pour ça, rien de très difficile. Voici ma routine matinale : 

  • 8h - 8h30 : levé et déjeuner, tour sur les réseaux
  • 8h30 - 8h45 : étirement et yoga
  • 8h45 - 9h15 : douche et beauté (bien habillée et coiffée, un peu maquillée)
  • 9h15 - 9h45 : lecture de mes règles personnelles (ce à quoi j'aspire, mes objectifs de dev perso...)

Après ce rituel, je commence ma journée de travail. Bien entendu, j’ai aussi fixé des objectifs dans la journée, en dehors du boulot. Comme faire du sport plus régulier, avec des objectifs clairs à chaque session. Et reprendre de bonnes habitudes alimentaires aussi. Fini le laisser-aller !

Je vous invite sincèrement à réfléchir à votre routine matinale et à vous y tenir (on verra comment après 😉 ) !

Retrouver la motivation

Reprendre le contrôle : professionnel

On a tous des périodes au boulot qui sont moins excitantes que d’autres, mais il arrive à un moment où il faut retrouver la pêche, l’envie…

L’écriture pour moi est géniale, j’adore écrire. Mais malheureusement, c’est un état "végétatif" assez non-productif » en matière de business… Je ne pense à rien, je suis dans un autre monde, loin des obligations quotidiennes, financières… J’oublie le blogging, le marketing, la promotion et rien que d’y penser, j’en ai la nausée !

Le début d'un cercle vertueux

Vous vous en doutez, rien que de se lever, motivé et bien réveillé, impact considérablement la manière dont on aborde sa journée de travail. Et remettre plus de discipline personnelle m'a donc encouragé à reprendre le contrôle de mes objectifs pro.

J’ai ainsi retravaillé mes priorités professionnelles. Je ne peux plus me permettre de planer. Il faut que je prépare la sortie de mon quatrième roman. Pour cela, je vais devoir soulever des montagnes et sortir de ma zone de confort. Et pour ne rien lâcher, je dois, là aussi, avoir de la discipline.

Mais il y a un truc qui me bloquait : pendant ces trois prochains mois, je vais devoir être sur tous les fronts  et ne rien oublier. Il y a la sortie de mon livre, mais aussi la promotion quotidienne, des évènements à organiser, des nouvelles idées à chercher... Et dans tout ça, il y a clairement des choses que je préfère procrastiner… et qui pourraient me couter cher (en temps et en argent).

Ma routine professionnelle

J’ai finalement trouvé une solution, que je vous invite à l'étudier pour votre propre quotidien si vous avez beaucoup de chose à gérer : un jour = un projet/objectif.

Voici ce que ça donne pour mon activité d’auteur indépendante :

  • Lundi : blogging (article) et emailing (newsletter)
  • Mardi : contact presse (communiqué pour les dédicaces, contact pour la sortie du livre)
  • Mercredi : contact dédicaces (organiser de nouvelles séances, innover)
  • Jeudi : partenariat (chercher, contacter, organiser pour la sortie du livre)
  • Vendredi : autres évènements (projet avec les écoles, marchés pendant l'été)
  • Samedi : out (en dédicace souvent)
  • Dimanche : réseaux (programmation de post) et stratégie (prise de recul)

Chacune de mes journées est organisée avec 3 sessions productives (1h - 1h30) avec 30min de temps de formation après le déjeuner. C'est important pour l'ouverture d'esprit 🙂

Voir aussi l'article sur "nos routines d'entrepreneur."

Je suis sure que ce type d'organisation peut s’appliquer à des choses bien plus pragmatiques, comme la gestion de la maison et des enfants.

des routines qui marchent

S'y tenir

Vous allez me dire que c'est bien mignon tout ça et qu'il y a une chance sur deux pour que dans deux semaines, j'aie tout laissé tomber ! Pessimiste, va !

Bien entendu, se tenir à ces nouvelles routines, c'est le plus difficile. Et c’est là que le mot discipline prend tout son sens.

Certains matins, j’ai juste envie de zapper une étape. Mais, non. En fait, je ne me laisse pas le choix. Je m' IMPOSE ma routine. Pas de négociation possible avec moi-même. 

Fini les excuses : agir c'est tout ce qui compte

Si je me lève plus tard, le dimanche par exemple alors, je fais quand même ma routine matinale, quelle que soit l'heure.

Si je ne suis pas chez moi, idem. Je peux faire des étirements debout s’il n’y a pas la place, faire de la méditation plutôt du yoga. Il y a toujours une solution quand on veut vraiment quelque chose. Toutes les excuses sont MAUVAISES et entrainent un nouveau laisser-aller.

Donc chaque fois qu'une petite fois dans ma tête murmure  "tiens là, je ferais bien autre chose, différemment" : NON NON NON. Je fais exactement ce qui est prévu, sans réfléchir.

DISCIPLINE

A lire aussi : Ma meilleure astuce pour appliquer ses bonnes résolutions

C'est bête et méchant : choisir de ne pas avoir le choix

Alors voilà ma solution pour sortie des périodes de laisser-aller : faite le choix une bonne fois pour toutes de ce qui est bon pour vous, puis passer à l'action et ne lâchez rien. Ne vous laissez plus le choix de revenir en arrière. 😉

Selon moi, les maitres mots sont : Reprendre soin de soi - faire du sport et bien manger - planifier et organiser

Vous travaillerez ainsi sur tous les plans : confiance en soi et en ses projets, motivation et vitalité, objectifs clairs et visions au long terme. C’est un cercle vertueux. 🙂

À votre bonheur,
Anaïs.

Suivre

A propos de l'auteur...

Que se passe-t-il quand, après un BAC+5, le monde du travail n'est pas ce qu'on attendait et que la passion d'écrire des romans prend le dessus ? Un changement de vie !

  • Kirsteen Duval dit :

    Toujours de précieux conseils ! Merci Anaïs 🙂

  • Jerome dit :

    Je viens de découvrir votre blog . Super conseil intéressant je vais le lire en large et en travers beaucoup de chose à savoir pour l enrichissement et le tout à l air gratuit pa comme beaucoup d autre .donc un grand merci pour tout .

    • Steven dit :

      Salut Jerome !
      Désolé pour la réponse tardive… C’est la course en ce moment 🙂
      Tu as raison, tout ce qui est sur ce site est gratuit, seuls certains produits sont affiliés (ce qui ne change pas ce que tu paies !). On partage juste ce qu’on apprend.
      Si des questions plus précises un jour, n’hésite pas à nous mailer, si on a une réponse utile, on te la donnera !
      Au plaisir,
      Steven

  • >